Rechercher

Surya Namaskar : le Mythe

Dernière mise à jour : 14 mars 2021

QUELLE EST L'ORIGINE DU RITUEL DE LA SALUTATION AU SOLEIL ?


Hanuman, le Dieu-Singe

Comme vous avez pu le découvrir dans mon précédent article sur SURYA NAMASKAR [A],

la Salutation au Soleil était à l'origine un rituel spirituel pratiqué le matin à l'aube, face à l'Est,

en l'honneur de « Surya » le Dieu Soleil. Cette prosternation était même considérée comme un

devoir religieux.


Dans les Yoga Sutras (chapitre un, versets 24-26), Patanjali parle d'Ishvara comme du gourou primordial, l'enseignant des enseignants depuis les temps anciens. Ishvara n'est pas un individu,

bien-sûr, mais cet état de conscience élevé qui nous transforme de notre état habituel, contraint,

basé sur l'ego, en un état de transcendance et d'infini. Depuis toujours, les êtres humains ont

utilisé des symboles pour ce maître ultime.

Surya, le soleil, est l'un des symboles les plus durables. La belle prière védique connue sous le

nom de Gayatri Mantra* parle du soleil comme "celui qui illumine nos esprits".


Dans Le Râmâyana**, la plus courte des deux grandes épopées hindouistes datant des derniers

siècles avant notre ère, on retrouve aussi une séquence dynamique de salutation au soleil.

Hanuman, le dieu-singe, aussi connu sous le nom de Anjaneya (fils de Anjana), rend hommage

à son Maître, Surya, le Dieu du Soleil, afin de pouvoir traverser l’océan et délivrer Sita, femme

de Râma***, kidnappée sur l’île de Lanka.

Mais alors, d'où vient l'enchaînement des postures de Surya Namaskar ?


La légende raconte que ...

Hanuman, le Dieu-singe des Hindous et grand héros du Râmâyana, était fasciné par Surya presque depuis sa naissance. Enfant, il vit le soleil dans le ciel et le confondit avec une énorme mangue. Bondissant grâce à ses puissantes jambes de singe et étirant ses longs bras vers le ciel, il s'envola

pour saisir le soleil - et réussit (même enfant, Hanuman avait une force surnaturelle). Il mit alors le soleil dans sa bouche et commença à le manger, provoquant ainsi l'obscurité de l'Univers, ce qui

bien-sûr alerta les dieux que quelque chose n'allait pas. Le soleil brûlait la bouche de Hanuman,

mais ce singe têtu tint bon jusqu'à ce que le Dieu Indra lance son éclair de foudre en diamant (vajra) directement sur la mâchoire de Hanuman qui ouvrit alors la bouche et laissa tomber le soleil.

Dès lors, la lumière de l'Univers revint à la normale. Mais ce vajra l'avait blessé. En fait, l'éclair de foudre lui avait cassé la mâchoire (hanu), lui donnant ainsi le surnom par lequel nous le connaissons aujourd'hui : « Celui avec la mâchoire cassée ».

Les dieux ôtèrent temporairement ses pouvoirs à Hanuman. Mais, parce qu'ils étaient désolés pour

sa mâchoire, ils lui promirent des pouvoirs spéciaux de force, de vitesse, de changement de forme,

un cadeau pour le célibat, une mémoire prodigieuse, et les qualités d'un véritable amoureux de Dieu, qui lui seraient offerts dès lors qu'il rencontrerait et servirait le Dieu Râma.

Mais en attendant, Hanuman avait besoin d'une éducation !

"Pourquoi ne pas demander à Surya?", suggéra sa mère, Anjana. "Il conduit son char partout dans

le monde tous les jours et voit tout, partout. Il connaît toutes les écritures sacrées et il vole encore

plus haut et plus loin que toi. Je suis certaine qu'il a tout oublié de ce petit incident de quand tu étais bébé." Hanuman demanda alors à Surya d'être son Professeur, mais celui-ci refusa. Il avait bien-sûr pardonné à Hanuman d'avoir essayé de le manger, mais déclara : "J'ai un horaire stricte et pas de temps libre du tout. Je dois bouger constamment. Je ne peux pas m'arrêter pour t'enseigner.

De ce fait, comment pourrais-tu apprendre efficacement si je bouge tout le temps ?".

"Et si je vous suivais ?", demanda Hanuman. "Voudriez-vous alors me prendre comme élève ?"

"Vous ne pourrez pas," répondit Surya, "mais très bien !"

Hanuman s'envola et se positionna face à Surya (face à l'Est), et Surya - qui appréciait la persévérance chez un étudiant - commença sa route à travers le ciel tout en lui exposant les Écritures au fur et à mesure de son parcours. Naturellement, cela signifiait que Hanuman voyageait toujours à reculons,

le visage tourné vers son professeur.

Hanuman était un étudiant si dévoué qu'il maîtrisa tous les Vedas en une semaine. Et au moment de son départ, Surya, qui était peut-être un peu soulagée de voir partir Hanuman, refusa tout paiement. "Regarder un étudiant dévoué apprendre est ma propre récompense", déclara-t-il.

"Et bien," dit Hanuman, "je ne peux que vous offrir ma gratitude et mes namaskars".

(source www.yogainternational.com)


Le rituel de Surya Namaskar serait donc né de la dévotion de Hanuman à son maître et gourou Surya.

Certains disent que la trajectoire de recul de Hanuman serait ainsi à l’origine de cet enchaînement de postures. En effet, si vous y réfléchissez bien, vous vous rendrez compte que lorsque vous effectuez

la Salutation au Soleil, vous commencer à l'avant de votre tapis, puis partez vers l'arrière avant de revenir de nouveau vers l'avant pour recommencer la série.


Mais les postures de Surya Namaskar ne sont pas les seules à trouver leur origine dans la mythologie hindouiste. Effectivement, si de nombreux asanas sont des imitations de « postures » typiquement adoptées par les animaux, bon nombre d'entre eux trouvent leur inspiration et leur explication dans

les Légendes hindouistes.


Prenons l'exemple de la posture "Anjaneyasana", dont le nom est composé de "Anjaneya" (fils de Anjana - Hanuman) et de "asana" (posture). Il s'agit donc de la posture de Anjaneya, soit la posture

de Hanuman ...


Si vous souhaitez approfondir le sujet et découvrir toute la beauté de ces mythes, je vous recommande les ouvrages suivants :

- Le Râmâyana et Le Mahbâhatâra de Serge Demetrian

- La Bhagavad Gitâ de Shri Aurobindo

aux éditions Albin Michel


Bonne lecture !




* Le mantra Gāyatrī (sanskrit : गायत्री gāyatrī) provient du Rig-Veda (III, 62, 10). Il est considéré comme le mantra le plus sacré des Védas. C'est en fait une invocation au soleil, qui peut se faire dans une rivière, lors du lever et du coucher de cette étoile. C'est aussi une métaphore pour invoquer l'Existence qui illumine nos conscience quotidiennement.

ॐ भूर्भुवः स्वः ।

तत् सवितुर्वरेण्यं ।

भर्गो देवस्य धीमहि ।

धियो यो नः प्रचोदयात् ॥

  • Traduction :

Om̐, Cieux, Terre et Eau,

Que l'excellent Soleil,

Brillant, divin et pieux,

Nous aide à méditer sur nos intellects galopants.


** Le Râmâyana (en sanskrit : रामायण (Rāmāyaṇa)), c'est-à-dire « le Geste de Rāma », est la plus courte des deux épopées mythologiques de langue sanskrite composées entre le IIIe siècle av. J.-C.

et le IIIe siècle de notre ère. Constitué de sept chapitres et de 24 000 couplets (48 000 vers), le Râmâyana est, comme le Mahabharata, l'un des textes fondamentaux de l'hindouisme et de la mythologie hindoue. Le poème est traditionnellement attribué à l'ermite légendaire Vâlmîki (surnommé « Adi kavi », le « Premier poète »), qui apparaît comme personnage dans les premiers

et derniers chapitres, lesquels sont considérés comme des compositions un peu plus récentes que

les autres.

Le Râmâyana comprend sept livres :

  1. Bâlakânda (बालकाण्डम्) ou le Livre de la jeunesse

  2. Ayodhyâkânda (अयोध्याकाण्डम्) ou le Livre d'Ayodhyâ

  3. Aranyakânda (अरण्यकाण्डम्) ou le Livre de la forêt

  4. Kishkindhâkânda (किष्किन्धाकाण्डम्) ou le Livre de Kishkindhâ (le royaume des singes)

  5. Sundarakânda (सुन्दरकाण्डम्) ou le Livre de Sundara (un autre nom d'Hanumān)

  6. Yuddhakânda (युद्धकाण्डम्) ou le Livre de la guerre (de Lanka)

  7. Uttarakânda (उत्तरकाण्डम्) ou le Livre de l'au-delà


*** Rāma ou Rām (राम en sanskrit : ) est un roi véritable ou mythique de l'Inde antique, dont la vie et les exploits héroïques sont relatés dans le Rāmāyaṇa. Dans l'hindouisme, Rāma est considéré comme le septième avatar du dieu Vishnou. Il est l'image de l'homme parfait et est adoré au même titre que son compagnon Hanuman, la fidélité incarnée, le dieu-singe qui l'aide dans ses aventures.

Des données astronomiques extraites du poème épique permettraient de dater son règne approximativement au XXe siècle av. J.-C. La tradition hindouiste prétend qu'il aurait apporté

le bonheur et la paix.

35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout